Depuis quelques années, plus précisément depuis 2015, l’encours des crédits immobiliers n’a cessé de croître, toujours au-dessus du seuil de deux cents milliards d’euros. En effet, le marché de l’immobilier a connu une progression considérable et constante, de l’ordre de 5,8% par an, durant ces quatre dernières années, même si l’année 2018 a été moins propice que l’année 2017.

Taux d’intérêt très avantageux

La progression des prêts immobiliers s’explique généralement par les taux d’intérêt assez prometteurs. En fait, les conditions d’emprunt sont vraiment attrayantes. Elles privilégient les ménages ordinaires et les incitent donc à se lancer dans le secteur de l’immobilier. Les taux d’intérêt en ce qui concerne l’immobilier sont actuellement à des niveaux très bas. En effet, avec ces conditions très avantageuses, de nombreuses personnes font recours aux crédits immobiliers auprès des organismes financiers, pour l’achat, ou encore pour la rénovation, de leur bien. Même les intermittents du spectacle peuvent avoir recours à un crédit immobilier. Pour plus de détails, vous pouvez visiter ce lien.

De plus, la durée de prêt n’est plus un obstacle lors d’un emprunt immobilier, les conditions ont été changées et la durée a été allongée. Ainsi, cet allongement rend le prêt immobilier beaucoup plus accessible, il a permis à tous les ménages de devenir propriétaires. Même ceux à revenus modestes, ils peuvent désormais recourir aux crédits immobiliers s’ils souhaitent acquérir ou rénover un bien.

En outre, le cours de l’immobilier a aussi augmenté au fil de ces dernières années. Ce qui pousse évidemment les personnes qui souhaitent en acheter à emprunter plus de capitaux.

Les renégociations ralentissent

La production de prêt immobilier a rencontré un ralentissement assez conséquent durant l’année 2018. Un recul en ce qui concerne les opérations de rachat ainsi que les renégociations de crédit a été constaté. En effet, l’année 2017 a été connue comme une année très propice pour le prêt immobilier, avec un grand pic de 273 milliards d’euros.

Même si les conditions de financement sont à la fois très avantageuses et très prometteuses, les demandes des opérations de rachat et de renégociations de crédit ont connu une diminution considérable.

D’après les statistiques auprès de la Banque de France, une grande chute a été constatée sur les flux de rachats et de renégociations de créances. En 2017, les chiffres ont atteint les 113 milliards d’euros, tandis qu’en 2018, il a diminué jusqu’à 35 milliards d’euros.

Ainsi, même si les conditions de prêts sont vraiment très favorables, les taux d’intérêt sont toujours à un niveau très bas, de nombreux clients ne s’empressent pas à renégocier leur condition initiale de prêt.
Et pour les établissements bancaires, ils trouvent que le recul des renégociations se joue en leur faveur. En effet, ils n’auront pas besoin de fournir de considérables efforts afin de conquérir de nouveaux clients.

Catégories : Immobilier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *