Élément important dans la réalisation d’ouvrages durables et de qualité, le ciment est utilisé sur plusieurs chantiers. Vous en retrouverez de divers types et qui sont destinés à divers usages. Un bon ciment donne la garantie d’un bon béton et d’une meilleure construction par ricochet. Voici les erreurs que vous devrez éviter lorsque vous choisissez le vôtre.

Le ciment, vu dans sa généralité

De façon générale, le ciment est un mélange constitué de calcaire à 80 % et d’argile à 20 %. C’est un liant hydraulique qui, mélangé au sable et à l’eau, permet d’obtenir un mortier (ou du béton avec du gravier en plus).

Comme on peut s’y attendre, il existe plusieurs types de ciment. Ces derniers possèdent chacun des caractéristiques qui font leurs particularités. Ainsi on a :

  • le ciment Portland CEM I : il est le type le plus utilisé pour les travaux de béton armé (béton précontraint), et pour la fabrication des blocs, poutrelles etc.
  • le ciment Portland composé CEM II/A ou B : il est utilisé pour les travaux courants.
  • le ciment de haut-fourneau CEM III/A : il est destiné aux travaux de grande masse et en zone difficile (eaux de mer, terrains gypseux etc.)
  • le ciment Pouzzolanique CEM IV/A ou B
  • le ciment composé CEM V/A ou B

Notez que toutes leurs caractéristiques sont indiquées sur leurs emballages. De plus, depuis quelques années, le problème de l’empreinte environnementale des ciments se pose. Pour réduire cela, la majorité des producteurs de ciment se sont lancés dans l’étude de la production de ciment à basse empreinte. On les nomme ciments bas carbone comme ici par exemple.

Les erreurs à éviter lors de la sélection de votre ciment

Pour la réalisation de travaux nécessitant du ciment, il est important que vous prêtiez attention à certains aspects. En effet, parmi les ciments les plus couramment utilisés, on distingue certains qui sont plus adaptés à certains travaux que d’autres. Évitez donc de :

Choisir le ciment prompt ou à prise rapide pour des travaux majeurs

Le ciment à prise rapide n’est destiné qu’aux petits travaux. Du fait qu’il bénéficie d’une prise variant entre 10 et 30 minutes, il n’est conseillé que pour les travaux mineurs (rebouchage de trous par exemple). Évitez donc de l’utiliser pour tous travaux.

Opter pour le ciment gris pour la réalisation de tous vos ouvrages

Il est certes vrai que le ciment gris est destiné à la majorité des travaux courants de maçonnerie. Mais évitez de l’utiliser pour la réalisation des cheminées, barbecues et autres ouvrages destinés à supporter la chaleur. Préférez en lieu et place, le ciment réfractaire car ce dernier contient de l’oxyde d’aluminium et il est plus résistant aux hautes températures.

Ignorer les classes de résistances mécaniques

Il s’agit là, d’une erreur courante à éviter. La classe de résistance permet de dimensionner un ouvrage. Les trois classes de résistance qu’on retrouve souvent sont de : 32,5, 42,5 et 52,5 (en N/mm2).

Ne pas lire les indications mentionnées sur les emballages

Prenez toujours soin de lire les mentions que porte chaque emballage de ciment. Vous aurez ainsi une idée précise de celui qui conviendra le mieux à vos travaux.

Catégories : Immobilier